dimanche 15 mars 2020

Épidémie de coronavirus, la suite. Reportage le 15 mars 2020 à Vichy, dans une ville pas tout à fait déserte…

Alors que le gouvernement, par la voix du Premier ministre Édouard Philippe, nous recommande de rester chez soi et de limiter les déplacements, certains n’ont pas hésité à sortir. Certes, tous les commerces non indispensables ont été fermés et seuls restent ouverts les kiosques, les magasins d’alimentation… À Vichy, on aurait bien aimé voir une ville vide de monde, mais cela n’a pas été le cas… à cause de la température (on nous a annoncé 21 °C tout de même).

Les mesures de confinement sont de plus en plus drastiques : les commerces non indispensables sont fermés. Alors que la France vient d’entrer dans le stade 3 de l’épidémie de coronavirus (COVID-19), la crainte du virus est désormais partout. Et ce 15 mars, c’est aussi le premier jour des élections municipales dont on pensait qu’elles allaient être reportées (quid du second tour ?). Et cela s’est bien ressenti : le taux de participation à 17 h s’élève à 38,77 %, bien moins qu’en 2014.

Dimanche 15 mars 2020, jour où tout a dû fermer
Une tradition, à Vichy, est l’ouverture des magasins le dimanche après-midi. Mais on n’a pas vraiment connu l’ambiance. Comme j’ai pu le voir sur les réseaux sociaux, on voit l’impression d’une ville « fantôme ». D’autres s’indignent du comportement irrespectueux, voire irresponsable, de ces gens qui n’auraient pas dû sortir (peut-être à cause de la météo très favorable).

Portes pas du tout ouvertes dans les concessions automobiles. Comme cela se produit cinq fois par an, les concessions automobiles ouvrent leurs portes cinq fois par an [1] le samedi et le dimanche, afin de découvrir aux clients potentiels les nouveaux modèles. La décision ministérielle de fermeture de tous les commerces non indispensables a rendu caduques les autorisations préfectorales d’ouverture de ces espaces de présentation des véhicules. Aujourd’hui, j’aurai vu les concessions Renault-Dacia, Mercedes-Suzuki à Bellerive-sur-Allier, Peugeot, Toyota, Fiat, Ford, Kia et Audi-Volkswagen à Charmeil fermées.

Tous les commerces non indispensables fermés. Même en proche banlieue, le magasin de jardinerie de Charmeil a dû fermer ses portes. Les bars, très prisés des Vichyssois, sont fermés aussi sur cette décision gouvernementale. Là où on avait l’habitude d’une affluence normale, cela n’a pas été le cas (voir photos ci-après).
Depuis minuit, tous les bars ont été contraints de fermer.
Comme j’ai pu le constater, voici une liste non exhaustive des commerces habituellement ouverts le dimanche après-midi et qui ont dû fermer :

Liste de commerces et équipements ayant pu ouvrir ce dimanche à Vichy (entre crochets, les horaires d’ouverture le dimanche)
  • Rue Georges Clemenceau : Le Khedive, Firmin [7:30-19:00], La Mie Câline [6:45-19:30], Monoprix [9:30-18:45]

Liste de commerces et équipements contraints de fermer ce dimanche à Vichy
  • Centre commercial Les Quatre Chemins [14:30-19:00]
  • Rue Lucas : Le Petit Pot, Le Morny, Saintonge, Joséphine, Au Bureau (ouvert depuis le 05/12/2019) [12:00-23:30]
  • Rue Burnol : BCHEF (ouvert depuis 02/2020) [11:00-20:00], Le Vichy
  • Rue Roosevelt : Alexis Ladvie [9:00-12:30, 15:00-18:30], Venus Barista Coffee Shop [10:00-19:00]

REPORTAGE PHOTOS : malheureusement, il y avait encore du monde à Vichy.
Si je dis « malheureusement », c’est à cause de ces gens qui n’ont pas écouté les consignes du gouvernement. C’est le dimanche, c’est normal, le beau temps y est pour quelque chose, mais là…

On commence par les parcs de Vichy. Ici, une vue du parc Napoléon III depuis le nouveau passage piétons de la D 2209, où il y a toujours du monde.
Parc Napoléon III (15 mars 2020)
Parc Napoléon-III depuis le pont Aristide-Briand (ou pont de Bellerive). On pensait voir un parc désert, ce n’est manifestement pas le cas. Ni plus ni moins qu’en rive gauche.
Même les aires de jeux ont été prises d’assaut.

Dans l’hypercentre-ville, on pensait voir une rue vide de monde (ce qui est vrai… un jour férié comme le 1er janvier ou le 1er mai), mais là :
Début de la rue Georges Clemenceau (15 mars 2020)
Rue Georges Clemenceau. Il y a du monde, beaucoup de véhicules, même lorsque les commerces et les bars sont fermés !
Juste à côté, pas un seul bar ouvert. Le Petit Pot, Le Morny, Saintonge, Joséphine et Au Bureau, les cinq bars de la rue Lucas, ont appliqué la décision ministérielle de devoir fermer leurs portes dès le dimanche à zéro heure.
Esplanade des Quatre Chemins, où les bars sont fermés (15 mars 2020)
Début de la rue Lucas, où pas un seul bar n’est ouvert. Rien à voir avec ce qu’on a connu la veille.
Ce 16 mars, on sera entré dans la deuxième partie du mois, et la France ne sera plus comme on l’a connu il y a quelques semaines. Demain, je travaillerai quand même, et emprunterai soit les transports collectifs — on nous parle d’une offre réduite dans le réseau SNCF — et la marche à pied (plus d’un kilomètre) pour rejoindre mon entreprise, soit la voiture.


[1] Janvier, mars, juin, septembre et octobre.
Informations provenant de sources diverses. Les photos présentes sur cet article, toutes datées du 15 mars 2020, NE sont (malheureusement) PAS réutilisables. — KR

Aucun commentaire:

Publier un commentaire