Le nouveau réseau MobiVie, six mois après

Voilà six mois que le nouveau réseau MobiVie a été mis en service, avec un nouvel exploitant, et l’autorité organisatrice de la mobilité devenir enfin propriétaire de ses bus. Le 1er septembre 2018, Vichy Communauté, communauté d’agglomération de 39 communes, a mis en service le réseau MobiVie remanié, avec de nouveaux véhicules, notamment des bus électriques.

Six mois après le lancement du nouveau réseau, le paysage des mobilités dans l’agglomération a changé. Fini la livrée pictogrammes des bus (qui étaient propriétaires de Keolis), voici un nouvel exploitant (Transdev) et une livrée reprenant la charte graphique de Vichy Communauté. Le changement ne se limite pas qu’au matériel roulant, mais aussi au mobilier urbain, puisque deux communes ont changé de prestataire.

C’est en décembre 2017 que l’on annonce un nouvel exploitant pour la période 2018-2026. La période Keolis, s’étalant de 2010 à 2018, arrivant à expiration, il a été décidé de renouveler la délégation de service public à un autre exploitant. L’agglomération a construit un nouveau dépôt de bus, sur un ancien site industriel, et accessible depuis le boulevard d’Alsace-Lorraine, dans le prolongement du chemin des Bartins. D’un coût de 2,3 millions d’euros, il sera « amorti par la relocation » selon le vice-président chargé de la mobilité et des transports.

Le réseau est inauguré quelques jours avant sa mise en service, fin août 2018, mais uniquement en présence des élus et non du grand public, comme cela avait pu se faire le 8 janvier 2011, en exposant les nouveaux bus sur le parvis de la place Charles de Gaulle.

Mais quels changements ont pu être effectués avec le passage au nouveau réseau ?
  1. Les lignes
  2. Le matériel roulant
  3. L’infrastructure et l’accessibilité du réseau aux personnes handicapées
  4. Le mobilier urbain
  5. L’information voyageurs

1. Les lignes

Peu de changements concernant les lignes, si ce n’est une modification de parcours pour deux d’entre elles (l’une ne franchissant plus la rivière au profit d’une autre) et la suppression d’une troisième desservant une zone industrielle.

  • Ligne A : Cusset Centre – Collège Jules Ferry. Aucun changement de parcours
  • Ligne B : Côte Saint-Amand – Collège Jean Rostand ou Du Bellay (ou Stade Aquatique les dimanches et jours fériés), via Source Intermittente avant 9h, via Grange au Grain après 9h
  • Ligne C : Cours Arloing – Stade Aquatique. Aucun changement de parcours
  • Ligne D : Les Arloings – Les Biernets. Retour des terminus partiels à Chantegrelet, Les Guinards moins desservis.
  • Ligne E : Cusset Meunière/Centre/Désorges Gravier – Les Ailes. La ligne ne franchit plus la rivière Allier par le pont de l’Europe.
  • Ligne F : cette ligne, desservant la zone industrielle de Vichy-Rhue, est supprimée.
  • Ligne G : Gare SNCF – Bioparc
  • Ligne H : Normandie – Champcourt via Meunière
  • Ligne I : Les Ailes – Grange au Grain. Prolongée de la mairie de Bellerive aux Ailes via le collège Jean Rostand et le stade aquatique.
La desserte du CREPS et du centre omnisports, assurée par la ligne E, l’est désormais via la ligne I, et cette dernière est prolongée aux Ailes afin d’optimiser les correspondances.

Des couleurs de ligne identiques ?
LigneAncienne couleurNouvelle couleur
A#ED2029#E74754
B#1FB0E6#66C4DA
C#15A751#A2C301
D#B08ABE#C855BE
E#FCDF07#FECD11
F#A7CE39
G#F58321#F29400
H#303192#93117E
I#C30075#FF99FF
Ces couleurs proviennent de l’article Wikipédia des transports en commun, à partir de scans effectués par d’autres utilisateurs et du site officiel du réseau.
La ligne A est toujours de couleur rouge, la B bleue, la C verte (plus claire désormais), la D violette (plus foncée), la E jaune, la G orange, en revanche : la ligne H devient de couleur violette (rappelant l’ancienne ligne 5 de Bus Inter) et la ligne I passe en violet clair.
Ces couleurs se retrouvent aussi sur les fiches horaires (sauf certaines qui sont déjà délavées), sur les totems. Elles ne sont pas reprises sur les girouettes, qui restent monochromes, et à diodes blanches (oranges sur les minibus).

Quid de la desserte ?
Suivant les lignes, la fréquence a pu être améliorée, voire dégradée. Les changements ci-dessous listent, de manière non exhaustive, les évolutions et dégradations de l’offre, ligne par ligne.

LigneAncien réseau / Nouveau réseau
AUn bus tous les quarts d’heure du lundi au samedi (sauf le samedi matin et vacances d’été : 30 minutes) – Le Grand Marché non desservi après 13 h vers Collège J. Ferry
Offre inchangée, y compris les dimanches et jours fériés
BUn bus toutes les 20 minutes du lundi au samedi (30 min en vacances d’été)
Un bus toutes les 20 min du lundi au vendredi (30 min le samedi, 45 min en vacances d’été) – Offre inchangée les dimanches et jours fériés
CUn bus toutes les 20 minutes du lundi au samedi (30 min en vacances d’été)
Un bus toutes les 20 min du lundi au vendredi (30 min le samedi, 45 min en vacances d’été)
DUn bus toutes les 50 minutes du lundi au samedi entre les Guinards et les Bourins, renforts vers les Arloings et les Biernets aux heures de pointe, dernier départ des Biernets à 13 h 55
Retour des terminus partiels à Chantegrelet (les Guinards, qui eurent droit à une desserte systématique depuis février 2013, ne comptent plus que 11 A/R), un bus toutes les 30 minutes du lundi au samedi entre Chantegrelet et Les Bourins – Dernier départ des Biernets (toujours 4,5 A/R) vers 13 h 20
EDes bus à fréquence irrégulière
Désormais, des bus à fréquence régulière (30 min) entre Cusset Centre et Les Ailes ; prolongements à Meunière aux heures de pointe ; débuts de ligne à Désorges Gravier compliquant la lecture de cette offre ; ligne limitée aux Ailes ; fin de service plus tôt
FSix allers-retours du lundi au samedi, correspondance avec la ligne A à l’arrêt Collège Jules Ferry
Ligne supprimée
GCinq allers-retours du lundi au samedi
Il y a toujours cinq allers et retours, mais cette ligne ne circule plus le samedi (transport à la demande)
HLigne ne circulant qu’en période scolaire, deux allers de Normandie vers Champcourt du lundi au samedi (matin) et deux retours de Normandie vers Champcourt (les lundis, mardis, jeudis et vendredis) et un les mercredis et samedis
Offre inchangée
ISept à huit allers-retours par jour entre la mairie de Bellerive et Grange au Grain via le quartier de Chantemerle
La ligne est prolongée au nord vers le stade aquatique et les Ailes ; fréquence une heure

2. Le matériel roulant

Avec le changement d’exploitant, il faut faire circuler les bus de Transdev. Ceux de Keolis ont cessé de circuler et attendent d’être repris sur d’autres réseaux. Ainsi, les Heuliez GX 127 (acquis entre 2010 et 2014) et 137 (2015), ainsi que les Mercedes-Benz Sprinter City 65 (2010) et Dietrich Noventis 420 (2010), tout comme les bus standard (Van Hool newA320 (2004-2006), A308 et newA308 (2000-2007) ont disparu progressivement de la cité thermale.
Le réseau s’est doté de bus neufs, huit midibus Heuliez GX 137, ainsi que cinq minibus Integralia in-urban, qui, bien que montrant le logo Mercedes, ne sont pas des Sprinter City. Les Bolloré Bluebus, qui sont des bus électriques, n’ont été reçus qu’en novembre 2018 ; en attendant, des Mercedes-Benz Citaro K issus d’un réseau Transdev de Haute-Savoie (au vu de leur plaque d’immatriculation) ont été déployés provisoirement.
Bolloré Bluebus Ligne A et Mercedes Sprinter City Ligne E (Cusset Centre) 2018-11-08
Bolloré Bluebus SE affecté à la ligne A (à gauche) et Integralia in-urban (à droite) affecté à la ligne E, le 8 novembre 2018.
et non pas Mercedes-Benz Sprinter City
GX 137 Cusset Centre 2018-10-06
Heuliez GX 137 arrêté à Cusset Centre, affecté à la ligne A, le 6 octobre 2018.
Mercedes Sprinter City Ligne E Cusset Centre 2018-11-08
Mercedes-Benz / Integralia in-urban arrêté à Cusset Centre, affecté à la ligne E, le 8 novembre 2018.
Tous les bus sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ils sont dotés d’une rampe pour les usagers en fauteuil roulant.

3. Infrastructure et accessibilité du réseau

La loi du 11 février 2005, notamment son article 45, imposait que chaque réseau soit intégralement accessible aux personnes handicapées. On en est encore loin. Tous les arrêts ne sont pas aménagés (ils se caractérisent surtout par la surélévation du trottoir, rarement accompagné de bandes podotactiles).

Un grand nombre d’arrêts accessibles, mais aucune ligne officiellement accessible
On note plusieurs catégories d’arrêts accessibles ou non :
  • certains arrêts sont parfaitement aménagés pour les personnes à mobilité réduite, c’est le cas de Centre Hospitalier (photo ci-dessous) ou des arrêts aménagés avec la réalisation du boulevard urbain (arrêts Vendée et Lycée A. Londres, ce dernier uniquement en direction de Cusset Centre) :
Centre Hospitalier (B-JRDB, C-CA), Vichy 2015-09-10
Arrêt Centre Hospitalier, desservi par les lignes B (en direction de J. Rostand/Du Bellay) et C (direction Cours Arloing), le 10 septembre 2015.
  • d’autres ont une surélévation de chaussée, mais sans bandes podotactiles, c’est un cas général, exemple d’arrêt : Source Mesdames, Les Ailes, Mairie de Bellerive…
Arrêt Source Mesdames (A-CJF) 2014-09-20
Arrêt Source Mesdames, ligne A, direction Collège Jules Ferry, le 20 septembre 2014.
  • d’autres arrêts ne bénéficient d’aucune surélévation (ils sont considérés non accessibles), ex. Grand Marché (lignes D et E malgré une rénovation de la chaussée début 2019) ou pire encore un trottoir au niveau de la chaussée :
Arrêt Gare SNCF (rue de Paris) 2015-10-11
Arrêt Gare SNCF, ligne A, direction Collège Jules Ferry, le 11 octobre 2015.
Placé sur un ralentisseur, l’arrêt comprend des plots pouvant entraver la descente d’un usager en fauteuil roulant, et le trottoir est quasiment à même le niveau de la chaussée.
Ces photos sont antérieures au nouveau réseau, et aucun changement n’est survenu depuis, mis à part la modification de l’information voyageurs.
Les couloirs de bus sont rares
Aucun couloir de bus n’est signalé par un panneau. Le panneau de signalisation B27a de voie réservée aux véhicules de transport en commun est totalement absent dans l’agglomération. En 2016, un couloir de bus (signalé avec les mauvais panneaux) remplace la voie sortante du boulevard du Général de Gaulle, à Cusset ; cette voie est amorcée avec la création du pôle d’échanges intermodal secondaire de la ville, réalisé en 2018 et inauguré le 27 novembre.
Voilà où commence le couloir bus : un panneau de cédez-le-passage (placé 20 m en amont), et rien d’autre (photo du 21 juillet 2018).
Dans le sens opposé, la voie bus se différencie par un marquage au sol différent (photo du 21 juillet 2018).

4. Le mobilier urbain, encore très hétérogène

Trois communes ont signé ou renouvelé un contrat avec un géant du secteur, spécialisé notamment dans l’affichage publicitaire. C’est ainsi que JCDecaux, l’entreprise concernée, est implantée dans trois des six communes desservies par le réseau urbain.
  • La ville de Vichy a un contrat depuis plusieurs années et il existe deux modèles : l’un spécifique aux arrêts du centre-ville (cf. photo de l’arrêt de la rue de Paris), un autre pour les arrêts situés en périphérie (cf. photo de l’arrêt Centre Hospitalier).
  • JCDecaux est arrivé à Cusset en 2016. Si tous les panneaux publicitaires (d’un autre âge) ont été remplacés, il n’en va pas de même pour tous les abris bus.
  • Bellerive-sur-Allier est passé de Girod à JCDecaux en 2018. Tous les panneaux publicitaires et les abris bus ont été remplacés (les précédents dataient de fin 2012).
L’agglomération utilise des abris bus modèle ProCity, normalement déployés en dehors des villes, et on en trouve aussi du côté de Cusset.

Cusset, un travail inachevé
On pensait que tous les abris bus ont été remplacés… Pas tout à fait :
  • Il y a les abris bus… avec un port USB ! Ceux de Cusset Centre (avec couleur personnalisée) en sont équipés.
  • Il y a les abris bus normaux (des JCDecaux), par exemple Cours Arloing (côté cours), Normandie, Cité de Presles
  • Il y a les abris ProCity, remplacés par l’agglomération, comme Lycée A. Londres (ligne A direction Collège Jules Ferry, Pont de la Mère ou Meunière)
  • et il y a encore les anciens abris, car leur remplacement a été oublié, c’est notamment le cas des arrêts Anjou et Général Raynal.
Totem et abri ProCity à l’arrêt Meunière, le 25 août 2018.
Arrêt Général Raynal, le 16 décembre 2017. Si le marquage au sol est comme neuf et le trottoir surélevé, l’abri bus n’a pas été remplacé. Ni le nom ni les destinations ne sont affichés sur l’abri (problème désormais corrigé).

Bellerive-sur-Allier a quant à elle remplacé tous ses abris par des JCDecaux. Quant aux autres communes, ce sont au choix des ProCity, ou des anciens modèles.

5. L’information voyageurs, de qualité aléatoire

Nécessairement, avec le changement d’exploitant, l’information voyageurs a changé. De 2010 à 2017, les informations étaient éparpillées (plan du réseau pas toujours tenu à jour, fiches horaires, coordonnées du réseau). Pour la saison 2017-2018, les plans auraient été développés en interne, au lieu d’être confiés à une agence comme ce fut le cas avant (et actuellement). Durant cette période transitoire, on aura tout vu : des plans de quartier (une très mauvaise idée), des arrêts de bus mal placés sur les plans, des itinéraires non conformes à la réalité…
À certains arrêts, l’information était complète, aujourd’hui, elle ne l’est plus. Certains arrêts, notamment dans les communes périphériques, n’ont jamais eu la moindre information. D’autres ont quant à eux totalement disparu physiquement, même s’ils existent bel et bien sur les plans et horaires.

L’information voyageurs sur un abri
On y trouve :
  • le plan général du réseau dans le coin supérieur gauche ;
  • plus bas, la liste des titres de transport (sans les tarifs) et le service Vivélo ;
  • à droite, la liste des points de vente ;
  • sur la deuxième partie, les horaires (il y a de la place pour trois fiches au format A4) et le mode d’emploi du bus.
L’information voyageurs sur un totem
On y trouve : le plan du réseau, les points de vente, les horaires, les titres de transport et le service Vivélo. Souvent, la partie titres de transport est masquée par une fiche horaire.

Une nouvelle version de l’information voyageurs
Les plans du réseau ont été réalisés par une agence de cartographie lyonnaise (plan général + plans de lignes). L’examen de ces plans a nécessité toute mon attention car l’itinéraire de ces lignes ne prend pas en compte certains changements liés à des projets d’aménagements récents, sans parler des arrêts mal placés, ayant changé de commune, et des entorses aux règles de nommage :
  • sur la ligne C, les arrêts Vendée sont déplacés et il existe un arrêt Alger (sans rapport avec l’ancien arrêt existant sur la rue de l’Est), absent sur le terrain, et la ligne emprunte la rue de Bordeaux puis le boulevard Denière en passant par l’arrêt du même nom qu’il ne dessert pas. En réalité, en direction de Stade Aquatique, le bus ne marque aucun arrêt entre les arrêts Vendée (qui se situe toujours avenue de la Liberté) et Centre Hospitalier, et passe par l’avenue de la Liberté en suivant la direction du Centre Hospitalier Jacques LACARIN ;
  • sur la ligne D, le terminus partiel restauré de Chantegrelet passe sur la commune de Cusset, au lieu de Creuzier-le-Vieux ; à Abrest, la boucle des Biernets n’a plus d’utilité depuis la mise en service d’un carrefour giratoire en 2015. En réalité, au lieu d’effectuer l’itinéraire rue de Bellevue > rue des Écoles > rue de la Croux, évitant trois ralentisseurs sur une ligne qui en compte… treize ! ;
  • sur la ligne I : en direction des Ailes, le bus passe devant Ecole Burlot qu’il ne dessert pas ; dans les deux sens, le bus passe devant Maurice Chalus (rue du même nom), qu’il ne dessert pas non plus (alors que des fiches horaires sont placées).


Sources : Article Wikipédia sur les transports en commun de Vichy - Connaissances personnelles - Site Web https://www.mobivie.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire